Marche du premier mars

Site officiel

Remue-ménage républicain

A partir du 1er mars 1848, le canton remua son ménage et le réorganisa au pas de charge selon les idées radicalement progressistes de l’époque : tout fut passé au crible ou créé : appareil administratif et judiciaire, codes civil et pénal, perception d’impôts, instruction publique, banque hypothécaire, chemins de fer, routes, bâtiments, etc., le tout lors de débats enflammées ainsi qu’avec une énergie décuplée et une insatiable soif de progrès.

Voici quelques repères qui donneront une idée de cette effervescence républicaine et neuchâteloise durant les vingt premières années de la République.

1848

  • Le 1er mars, la colonne révolutionnaire partie des Montagnes neuchâteloises proclame l’indépendance républicaine et installe un gouvernement provisoire.
  • Le 30 avril déjà, le peuple neuchâtelois vote la première constitution républicaine : la souveraineté réside dans le peuple et tous les citoyens sont égaux devant la loi. Titres nobiliaires et privilèges sont abolis. Le pouvoir est confié au Grand Conseil qui nomme le Conseil d’Etat (7 membres élus pour 6 ans).
    Election du Grand Conseil: 87 républicains et 1 royaliste (les autres se sont abstenus. En 1852, ils occuperont 14 sièges).
  • Création des municipalités (avec droits étendus à tous les habitants, dont le droit de vote communal pour les Suisses et les étrangers après un an de séjour) et imposition d’un barème fiscal unique. Diverses communes feront de la résistance (dont Les Verrières, La Brévine, La Sagne et Valangin) à laquelle le gouvernement répondra par des occupations et des mises sous tutelle. En 1888, la fusion des municipalités et des communes devient obligatoire, et les toute petites communes doivent fusionner.
  • La loi ecclésiastique diminue fortement le pouvoir de la Vénérable Classe des pasteurs.
  • L’horlogerie occupe près de 15’000 personnes dans la nouvelle République.
  • Le canton compte un peu plus de 70’000 habitants.

1849

  • Création d’un impôt proportionnel sur la fortune (1/1000) et sur le revenu (1/100).
  • Inauguration du premier véritable hôpital de La Chaux-de-Fonds qui peut accueillir 45 malades.

1850

  • Loi sur l’instruction primaire et introduction de l’école obligatoire (7 à 16 ans). La révision de 1861 instaurera la gratuité et… l’interdiction des mauvais traitements.

1852

  • Le télégraphe relie La Chaux-de-Fonds au monde.

1854

  • Décès de Fritz Courvoisier (né en 1799), qui avait commandé la colonne républicaine.
  • Première banque cantonale bientôt transformée en établissement privé. Une nouvelle banque cantonale, qui le restera, est créée en 1882.

1856

  • Nuit du 2 au 3 septembre : coup de force royaliste pour restaurer le pouvoir du roi de Prusse. Des hommes en arme occupent le siège du gouvernement, mais une contre-attaque républicaine restaure la République le 4 septembre. Huit morts dans le camp royaliste.

1857

  • Inauguration de la première ligne de chemin de fer du canton entre Le Locle et La Chaux-de-Fonds. En 1859 la ligne est prolongée jusqu’aux Convers, alors qu’une autre ligne relie Neuchâtel aux Hauts-Geneveys et une autre encore Le Landeron à Yverdon. En 1860, le Franco-Suisse roule entre Pontarlier et Neuchâtel, et on perce le tunnel des Loges (le plus long du monde !). La course Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds coûte 1 fr 70, soit presque une journée de travail pour certains.

1858

  • Révision constitutionnelle élargissant les droits populaires.

1859

  • Début de l’éclairage public au gaz à Neuchâtel (en 1860 à La Chaux-de-Fonds).
  • L’Observatoire chronologique de Neuchâtel, créé en 1858, émet l’heure au 10e de seconde et la communique au monde par télégraphe.
  • On compte dans le canton 44 médecins chirurgiens officiels, 25 pharmaciens, quatre dentistes et 28 sages-femmes.

1862

  • Le jeune Numa Droz (18 ans) reçoit son brevet d’instituteur. Il deviendra conseiller d’Etat en 1871, conseiller aux Etats en 1872 et deuxième conseiller fédéral neuchâtelois (après Eugène Borel) en 1875, à 31 ans.

1865

  • Première Ecole d’horlogerie à La Chaux-de-Fonds.

1866

  • Arrivée de l’eau courante dans les immeubles de Neuchâtel (en 1888 à La Chaux-de-Fonds, avec pompage de l’eau aux sources de l’Areuse).
  • Fondation de la deuxième académie à Neuchâtel (on ne parle pas encore d’Université).
  • Première Chambre cantonale du commerce, de l’industrie et du travail.

1867

  • Première montre « Roskopf », la montre des ouvriers.

Texte rédigé par Rémy Gogniat

sources :
· Histoire du Pays de Neuchâtel, tome 3, éd. G. Attinger 1993
· Panorama de l’Histoire neuchâteloise, Jean Courvoisier, éd. La Baconnière 1972
· Journaux neuchâtelois et divers documents.